Actualité

Le Président de l’association française des entrepreneurs étudiants d’outre-mer, Tianlun Li, a réalisé une présentation sur le thème de l’environnement dans lequel doivent opérer les start-up en Franc

Dans l’après-midi du 30 Novembre, le Président de l’association française des entrepreneurs étudiants d’outre-mer et co-fondateur de Ou-Chang-Hui, Tianlun Li, a effectué une présentation sur l’environnement dans lequel doivent opérer les start-up en France, au cours du cours de culture de l’ingénierie des deuxième et troisième années de SJTU-ParisTech. Le secrétaire de la branche générale du Parti et Vice-Président de SJTU-ParisTech, Zhenglu Liu, a assisté à la présentation.

 

 

Dr.Li a d’abord posé plusieurs questions aux étudiants : « Est-ce que l’un d’entre vous sait quel est le pays ayant le plus grand incubateur industriel ? Est-ce que quelqu’un connaît le pays dont sont issus les incubateurs industriels « NUMA(Camping) », « CapDigital », « The Family » et « Nextdoor »? Oui, ils proviennent tous du pays de la romance – de France ».

Il a ensuite expliqué que les parcs industriels s’étaient développés en France vers la fin des années 60, début des années 70. L’histoire des parcs industriels français est donc vieille de plus de 40 ans, datant de la fondation du parc industriel de Sophia Antipolis en 1969. Cependant, les incubateurs industriels se sont développés relativement tard en France ; le concept n’y est apparu que dans les années 1980. La plus grande différence entre les deux notions est que les parcs industriels offrent un espace pour le développement de start-up préexistantes, alors que les incubateurs industriels accueillent et assistent les individus n’ayant encore que des projets pour de potentielles nouvelles start-up. Les gouvernements n’ont pas d’autre choix que d’offrir des financements solides pour soutenir les incubateurs. Ceux-ci sont intimement liés à la recherche  en université, ainsi qu’aux applications industrielles concrètes ; ce sont des fournisseurs de services orientés vers le projet.

Depuis 2010, les espaces de co-working, en tant que nouvelle forme d’incubateur, connaissent un essor considérable dans le monde entier, dans la mode actuelle de l’économie collaborative. Ceci a mené à la création de plusieurs espaces de co-working célèbres, comme NUMA et The Family, et permet aux entrepreneurs d’avoir une plateforme plus pratique. Le premier ministre chinos Keqiang Li a dit: “des start-up pour tous, l’innovation pour tous”, encourageant ainsi le développement des services à destination des start-up, comme les espaces de co-working. D’une part, un des défauts des espaces de co-working en Chine est leur grande ressemblance, ce qui a mené à une vague de fermetures de ces espaces début 2016. D’autre part, des espaces de co-working étrangers comme WeWork font leur entrée en Chine; l’analyse des expériences vécues dans les espaces de co-working d’autres pays est un sujet d’actualité. Une des caractéristiques de l’innovation en France est que les sociétés les plus innovantes sont les plus anciennes comme Dassault, Hermes et Essilor, ce qui montre que les français sont attachés à l’histoire et aux valeurs hérités. En comparant l’entreprenariat français et chinois, on constante qu’en France, il est surtout soutenu par des enterprises privées, alors qu’en Chine, c’est essentiellement le gouvernement qui fourni les fonds et les espaces. En ce qui concerne l’investissement dans les start-up, il y a beaucoup plus de business angels en Chine qu’en France.

 

 

Remarque: Tianlun Li a un Bachelor en Bio-Technologie de SJTU, reçu en 2002. La même année, il a été sélectionné par le programme “Cinquante Ingénieurs de ParisTech” pour étudier à l’ENGREF en ingénieurie environnementale, où il reçoit son diplôme de Master ainsi que son diplôme d’Ingénieur de l’environnement en 2004. En 2008, il devient Docteur de l’Université Paris Sud en Biologie, et devient Project Manager au centre de R&D de Suez Environnement la même année. En 2009 il gagne la récompense de la Chun-hui Cup, une compétition d’innovation et d’entrepreneuriat pour les élèves internationaux. En 2010, il fonde la French Overseas Student Entrepreneur Association et en est son président. Il est en charge de l’innovation française et de la compétiton d’entrepreneuriat depuis 2011. La même année, il rejoint GDF Suez comme responsable et coordinateur du département R&D, se concentrant sur le développement et le futur des nouvelles énergies dans le domaine de l’énergie. En 2015, il fonde Ji-Shi-Chuang-Tou et Xi-Shi-Fa-Chuang en france et en Chine, fournissant aux entrepreuneurs des financements et des lieux de travails communs. La même année, il est sélectionné comme l’un des “10 plus grands leaders technologiques Chinois en Europe”. En 2016, il est membre fondateur de Ou-Chuang-Hui, dans le but de créer un écosystème favorable aux entrepreuneurs Franco-Chinois.