Actualité

Le Forum sino-français de la Formation d’Ingénieurs s’est tenu à SPEIT

Le 29 mars, le Forum sino-français de la Formation d’Ingénieurs organisé par SJTU s’est tenu sur le campus de Xuhui de l’université. La formation d’ingénieurs a assumé sa vocation en contribuant à l’apparition d’une multitude de talents compétents et professionnels dans le monde entier et en favorisant l’industrialisation dans de différents pays. La France a créé la première école d’ingénieurs au 18e siècle, destinée à former des talents excellents en pratique et généralement qualifiés. Après plus de 200 ans de développement, le modèle français de la formation d’ingénieurs devient unique au monde. Impulsé par les stratégies nationales telles que la fabrication intelligente et l’intelligence artificielle de nouvelle génération, l’enseignement supérieur de notre pays est affronté à de nouvelles occasions et défis. Comment former des ingénieurs aux compétences transverses ayant une vision internationale dans le contexte des “nouvelles disciplines d’ingénierie” ? Cela fera partie importante des futures réformes de l’enseignement supérieur d’ingénierie.

Avant le forum, XU Xuemin, membre du Comité du PCC de SJTU et vice-Président de l’université, a reçu Elisabeth CREPON, Directrice de l’ENSTA-ParisTech, Eric LABAYE, Directeur de l’Ecole Polytechnique, Vincent LAFLECHE, Directeur des MINES-ParisTech et Yves POILANE, Directeur de Télécom ParisTech. Monsieur XU et les directeurs des écoles partenaires ont fait l’unanimité sur les réussites de SJTU-ParisTech dans le système de formation sino-français et le modèle de la formation des talents créatifs. En se fondant sur le socle solide du SPEIT, ces écoles procèderont à une coopération plus étendue. Les deux parties chinoise et française sont d’accord sur trois thèmes : promouvoir les échanges des étudiants, approfondir la coopération dans les recherches scientifiques et augmenter le recrutement des élèves internationaux des pays francophones et améliorer leur qualité en suivant l’exemple des quatre écoles partenaires françaises. 

Des écoles d’ingénieurs françaises de premier rang, comme l’Ecole Polytechnique, les MINES-ParisTech, l’ENSTA-ParisTech et Télécom ParisTech, et des établissements de la formation d’ingénieurs représentatifs en Chine créés par les deux pays, y compris l’IFCEN, l’École Centrale de Pékin, l’UTSEUS, l’Institut franco-chinois de l’Université Renmin de Chine et Paris Curie Engineering School, ont participé au forum. Se sont également présentées une vingtaine d’entreprises chinoises et étrangères. Les participants ont échangé leur vue sur les réformes de l’éducation d’ingénieurs, partagé leurs expériences, résumé les fruits de la coopération sino-française dans la formation d’ingénieurs et discuté l’efficacité du modèle et des réformes des programmes dans le contexte actuel de la mondialisation. Le forum est présidé par LI Shaoyuan, directeur chinois du SPEIT.

GUI Lin, vice-Directrice de l’Ecole des Chercheurs de SJTU a d’abord présenté son rapport ayant pour thème “Industrial-Academic-Research joint cultivation” (Formation conjointe industrielle, académique et scientifique de SJTU). SJTU a entrepris cette forme de formation à partir de 2003, et le stage des ingénieurs à l’étranger et l’accréditation des ingénieurs mis en place par le SPEIT constituent une grande caractéristique du modèle de formation conjointe internationale de l’université.

Frédéric TOUMAZET, directeur français de SJTU-ParisTech, a donné un rapport thématique sur “Sino-French Cooperation in Engineering Education” (La coopération sino-française dans la formation d’ingénieurs). Selon lui, depuis sa création, SJTU-ParisTech s’est consacrée à la fusion et à l’innovation du modèle de formation sino-français, tout en combinant le système français de la formation d’ingénieurs, y compris l’éducation préparatoire, avec le système éducatif de SJTU. L’école profite des avantages de deux pays, et,  conformément au critère d’accréditation de la CTI et aux exigences du Ministère de l’Education chinois, fixe le projet d’une formation de six ans et demi en combinant les sciences fondamentales et spéciales et les cycles de licence et de master. Dans le but de former des talents d’ingénierie et de management, SJTU-ParisTech a regroupé de riches ressources personnelles pédagogiques, créé un environnement international trilingue, mis l’accent sur les mathématiques et la physique, la formation culturelle et les contenus renouvelés avec le temps, et favorisé les échanges internationaux et la vision globale des élèves. Le partenariat école-entreprise est devenu un vecteur et un moyen pour former les ingénieurs excellents. Le SPEIT a ainsi instauré un système d’éducation ouvert et un nouveau modèle de formation d’ingénieurs, produisant un effet de débordement à SJTU et même à travers le pays.

L’intervention d’Eric LABAYE, Directeur de l’Ecole Polytechnique, porte principalement sur les caractéristiques de la formation d’ingénieurs en France. Selon lui, l’école d’ingénieurs est née il y a plus de 200 ans en France. Le besoin des ingénieurs ayant des connaissances interdisciplinaires donne lieu à son apparition. Les écoles d’ingénieurs françaises sont caractérisées par l’importance des programmes fondamentaux, des capacités pratiques et du partenariat avec les entreprises. Les sources de recrutement de grande qualité et la formation à haut niveau permettent aux diplômés une vie professionnelle souvent brillante. De nombreux dirigeants d’Etat, pdg des multinationales, directeurs d’entreprise et ingénieurs célèbres ont suivi leur formation dans les grandes écoles d’ingénierie. 

Nicolas CHAMPETIER, Directeur adjoint supérieur des recherches et développements de PSA en Asie et Alex GU, Directeur adjoint supérieur de SITRI, ont respectivement mis en lumière les exigences des entreprise envers la formation d’ingénieurs et les diverses formes du partenariat école-entreprises. A leurs yeux, le but ultime de l’éducation d’ingénierie  réside dans la formation des talents de qualité pour les entreprises et la société, et la combinaison des systèmes français et chinois répond bien à ces exigences.

Au cours de la discussion à la fin du forum, les directeurs des écoles françaises, les dirigeants des établissements sino-français et les invités des entreprises ont partagé leur opinion sur des thèmes importants comme la formation d’ingénieurs à l’échelle internationale, la coopération entre l’école et les entreprises et les expériences sur la formation conjointe, etc. 

La Chine et la France ont coopéré d’une manière étendue et approfondie dans la formation d’ingénieurs. Après des années de développement, la collaboration entre ces deux pays et entre l’école et les entreprises fonctionne parfaitement et est couronnée de succès en formant des étudiants qui correspondent aux exigences de l’économie et de la société dans le nouveau contexte international.